Couvent de Novodievitchi

Le couvent de Novodievitchi est l’une des attractions incontournables autour de la ville de Moscou. Le couvent de Novodievitchi figure même sur la liste dupatrimoine mondial de l’UNESCOdepuis 2004. On y trouve à côté le fameux cimetière de Novodievitchi, où sont enterrées de nombreuses célébrités russes, dont l’ancien président Boris Eltsine, et le talentueux compositeur Dmitri Chostakovtich.

L’histoire du couvent

Le couvent de Novodievitchi a été fondé en 1524 par le grand prince Vassilli III, à l’occasion de la commémoration de la conquête de Smolensk en 1514. A ses débuts, le couvent était connu sous l’appellation de « monastère des nouvelles demoiselles ». Bâti comme une forteresse, ce complexe devait à l’origine être utilisé pour défendre la ville de Moscou en cas d’attaque.

Au cours de la période moscovite, le couvent de Novodievitchi était connu pour avoir abrité plusieurs femmes, issues de l’aristocratie russe et des clans de boyards. On peut notamment citer Irina Fedorovna Godounova, l’épouse de Fédor Ier ; Sophia Alexeievna Romanova, la demi-soeur de Pierre Le Grand ; ou encore Eudoxie Lopoukhine, première femme du tsar. Entre 1610 et 1611, une unité polonaise sous le commandement de Gosniewski prit le contrôle du couvent, mais le site fut plus tard libéré et restauré par les tsars. Vers le milieu du XVIIe siècle, des nonnes, venues de la Petite Russie et de la Russie blanche (actuelle Biélorussie), arrivèrent au couvent. Un peu plus tard, en 1721, ce fut au tour de religieuses appartenant au mouvement des Vieux croyantsde le rejoindre.

En 1724, un hôpital militaire et un orphelinat pour jeunes filles voient le jour dans le monastère. Compte tenu des différentes tâches gérées au couvent, l’état octroya d’importants dons, sous forme d’argent et de nourriture. Le couvent de Novodievitchi devint alors l’un des plus riches monastères du pays de l’époque.

L’année 1812 marque l’invasion de l’armée de Napoléon en Russie. Le couvent, et notamment la cathédrale Smolensk et l’église de l’Assomption, auraient dû être détruits à ce moment-là. Mais les soldats français n’ont pas réussi à le faire exploser : les religieuses ont fait tout leur possible pour défendre leur lieu de refuge. En 1871, une donation faite par les frères Filatiev a permis de construire une école pour orphelins d’origine « non-noble ». ##Le couvent pendant la période soviétique En 1922, les bolcheviks prirent la décision de fermer le couvent de Novodievitchi afin de le transformer en musée de l’émancipation de la femme. Par la suite, en 1926, le monastère fut reconverti en musée d’art et d’histoire. Sept ans plus tard, en 1934, le musée a été rattaché au musée historique d’état de Moscou.

Ainsi, la majorité de ses bâtiments sont devenus des appartements, ce qui le sauva de la destruction.

A l’époque où Staline accorda quelques concessions à l’Église orthodoxe russe, en 1943, il accepta que des cours théologiques de Moscou soient donnés dans le monastère. Au bout d’un an, il est devenu un institut théologique.

Le nouveau cimetière de Novodietvitchi

Le couvent de Novodievitchi doit aussi sa notoriété au cimetière qu’il abrite. En effet, de grands noms de la noblesse russe sont inhumés à cet endroit. Il convient de préciser que le nouveau cimetière, inauguré en 1989 et conçu par l’architecte Ivan Machklov, se trouve en dehors des murailles du couvent.

Parmi les premières personnalités qui furent enterrées sur place, il y a eu, entre autres, Anton Tchekhov. Sa tombe se situe au centre d’une section du cimetière, dénommé « la cerisale ». D’autres célébrités russes, comprenant des romanciers, des musiciens, des cinéastes ou encore des politiciens, reposent également dans ce cimetière. On peut notamment citer Nicolas Gogov, Sergueï Einstein, Alexandre Scriabine, Mikhaïl Boulgalov, Constantin Staniskavski, Dmitri Chostakovitch, Nikita Krouchtchev, et Boris Eltsine. A noter : avant d’entrer dans les églises, les femmes doivent se couvrir la tête et les épaules.

Comment s’y rendre ?

Le couvent de Novodievitchi est situé en retrait du centre de Moscou, et le meilleur moyen d’y arriver est de prendre les transports en commun. Vous avez le choix entre le bus et le métro. L’idéal est de planifier une visite en dehors des heures de bureau pour éviter les embouteillages sur la route, notamment si vous prenez le bus. Avec ce dernier, le trajet jusqu’au couvent dure en moyenne entre 25 et 30 minutes. Si vous optez pour le métro, prenez la ligne 1 qui relie la station de Sportivnaya, la plus proche des lieux. Le couvent se trouve à une dizaine de minutes de cette station de métro.

Horaires

L’enceinte monastique est accessible de 7 h à 19 h, mais cela peut varier en fonction d’événements. Le musée du monastère, quant à lui, est ouvert de 9 h à 17 h, sauf les premiers lundis du mois et le mardi. Le cimetière, lui, ouvre ses grilles de 9 h à 19 h de mai à septembre et, le reste de l’année, de 9 h à 17 h.

L’entrée dans l’enceinte du couvent et du cimetière est entièrement gratuite. En revanche, pour visiter le musée du site, il faudra payer un droit d’accès. Un supplément est demandé pour prendre des photos et des vidéos.

Bonjour

Je suis Galina Yatsenko de "Tsar Voyages". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Prix d'un appel local
+33 9 74 76 16 26